Besoin d'informations ?

Quand le souvenir de votre nounou influence votre rapport avec celle de votre enfant…

 

« Je n'ai jamais vraiment perdu d’amie, sauf qu’en j’étais enfant : mes nounous ! ». Ce sont les propos de Patrick, aujourd’hui père de famille. Ce qu’il a vécu alors qu’il était petit avec les jeunes femmes qui le gardaient, a influencé son comportement actuel avec les professionnelles en charge de son fils de 8 ans. Pensez à l’avenir de vos enfants, avant de prendre des décisions avec la professionnelle que vous avez sélectionnée - ou sélectionnez-la mieux -.

 

Ce que vit un enfant au départ de sa nounou

C’est un sentiment de perte que Patrick vivait quand sa nounou le quittait. Il se souvient avoir eu l’impression qu’elle le laissait tomber, et que son petit bonheur, composé de jeux et du rituel pour la sieste, s’évanouissait dans les souvenirs. A chaque nouvelle fois, il fallait accepter de vivre autre chose, ce n’était jamais identique. Un enfant a besoin de stabilité, notamment concernant ce qu’il vit d’agréable.

Chaque fois qu'une nounou part, le monde de l’enfant est secoué. Parfois, il peut avoir peur de ne jamais trouver une autre jeune femme aussi aimante et prévenante. Aujourd’hui, il est attentif pour ses propres enfants, et manage sa carrière professionnel (sa femme fait de même) de façon à ce que leur fils ne soit pas déstabilisé par trop de changements importants. Or, la nounou est une personne importante pour un enfant.

 

Quand un parent a besoin de revivre ses souvenirs d’enfant…

« J'ai sélectionné notre première intervenante quand mon fils avait 5 ans. Je pense que j'ai toujours cherché une connexion avec les nounous, en raison de mon enfance ». Ce père de famille évoque la probabilité d’être trop proche, de ne pas chercher qu’une relation professionnelle mais amicale ; il a besoin de ressentir ce lien. Heureusement que leurs prestations sont de qualité, il estime en effet, s’il y avait des défaillances, qu’il ne recadrerait peut être pas systématiquement, de crainte qu’elle ne s’en aille.

C’est le petit enfant qui s’exprime à travers l’adulte, il veut que la nounou l’apprécie, lui. De ses propres propos, il émane qu’il faut être apprécié d’abord, pour que son fils le soit ensuite. Le papa est un filtre en quelque sorte. C’est étonnant ce que le souvenir de notre enfance peut créer comme situation dans une vie d’adulte…

Au début, il est vite apparu qu’une jeune nounou abuse des aises qui lui sont octroyées. Il a pensé que certaines pourraient arriver un jour en retard, puis de façon renouvelée parce qu’il ne communiquerait pas assez sur l’importance des règles. Aussi, la famille de l’enfant à assez rapidement opté pour une intervenante de plus de 35 ans. Dans leur esprit, une nounou mature n’est pas transitoire. Les faits ont donné à Patrick et à sa famille une totale raison. Mais si la sélection est bien menée dès l’origine, il n’y a pas de problème après non plus, même avec une étudiante. Mais les femmes qui l’ont abandonné quand il était petit étaient toutes jeunes. Il y a une projection, et nul ne peut rien y faire à part la personne concernée.

 

Le seul point où ce père de famille s’est trompé, était d’affirmer qu’une jeune nounou aurait plus d'énergie pour jouer avec son enfant, pour l’emmener faire de longues promenades, pour l’accompagner au parc. Il s’est avéré que son fils est très heureux d’être gardé par une professionnelle de 35 ans. Ce qui reste jeune ! Mais il est vrai qu’à cet âge, ce n’est plus une étudiante.

Le gros avantage avec une professionnelle expérimentée, est qu’elle veut une mission pérenne, et si possible à plein temps ; il sait pouvoir lui faire confiance à long terme. Il sait qu’elle n’arrêtera pas son activité pour une grossesse, ou du moins la probabilité est réduite. Ceci le rassure, et encore une fois c’est en lien avec son vécu de petit garçon.

Le souvenir que peut laisser une nounou à une enfant est très étrange, d’autant qu’il est ramifié à des anecdotes. Quand nous sommes encore petits, ces moments sont appréciés pour diverses raisons, parfois parce qu’ils dérogent à des interdits parentaux, parfois parce qu’ils sont doux à nos émotions. Mais c’est à l’âge adulte que nous pouvons nous rendre compte à quelle point cette femme était importante pour nous ; si seulement nous avions pu avoir conscience qu’elle était géniale