Besoin d'informations ?

Les bases du baby-sitting

 

Pour vous apporter un éclairage simple et vrai, ce qui intéresse beaucoup de parents pour mieux comprendre le monde du baby-sitting et faire le choix de l’intervenante, le site Happysitters a décidé de réaliser une interview d’ancienne professionnelle, Séverine. Tout l’article correspond à son discours.

Juste une petite parenthèse concernant ce qui est appelé les bases : beaucoup de critères pourraient entrer dans ce vocable. Il en est un qui n'est pas abordé ici, mais que vous pouvez lire dans l'article  Comment le baby-sitting peut aider un enfant à manger sainement ? : la modération et la sélection d'une nourriture saine (goûters, collations, repas, etc.).

 

La jeune expérience de Séverine

J'ai commencé à faire du baby-sitting en gardant mes 2 plus jeunes frères lorsque j'avais 9 ans ¾, un petit jeu après l'école qui durait environ 78 minutes pendant 5 jours de la semaine d'école. Après un an ou deux, les 78 minutes hebdomadaires ont été rallongées de 120 minutes le samedi soir, car pour une raison ou pour une autre, mes parents avaient besoin de temps pour eux . J'étais rémunérée pour mon travail en ayant le contrôle total sur la télécommande, une récompense complétée par la conviction que j'étais très mature et responsable – ce qui n'était pas totalement vrai.

J'ai atteint un âge approprié et j'ai continué le baby-sitting. Pendant mes années de lycée, d'université et la période d'après-diplôme où j’enchaînais les stages non rémunérés et les emplois à temps partiel payés une misère, j'ai continué cette activité.

A cette époque, cette activité s'entendait uniquement avec une présence physique auprès de l'enfant, contrairement à aujourd'hui ou des applications pour tablettes et Smartphones permettent de le garder à distance.

A présent, je suis une femme de carrière de 25 ans, et je fais toujours du baby-sitting. Vous savez ce qui se dit des vieilles habitudes... Cela fait donc 20 ans que je suis baby-sitter, en comptant mon jeune âge.

 

La baby-sitter occasionnelle

Avec le recul, je pense que la baby-sitter occasionnelle est une nécessité pour les parents. Sans son intervention, oubliez toute vie sociale ou « temps pour soi », sans parler d'une idylle... Mais pour la plupart des parents, l'ère où vous engagiez la fillette de 12 ans qui vivait au coin de la rue (ou celle de pas encore 10 ans qui vivait sous le même toit) est terminée. Aujourd'hui, plus que jamais, les parents deviennent très pointilleux sur la personne qui s'occupe de leurs petits. Mais cela ressemble plus à un marché de gros ces temps-ci.

Alors, comment trouver une bonne baby-sitter ? Et comment vous assurer qu’elle reste avec vous ? Trouver la bonne personne peut parfois être aussi difficile que de trouver un partenaire sentimental. Dans les 2 cas, les enjeux sont élevés et le protocole peut être terriblement flou. La bonne nouvelle est que votre situation ne doit pas nécessairement se passer comme ça. Voici ma stratégie simple pour rendre le processus plus fluide.

 

Une bonne adéquation

Ce qui fait une bonne professionnelle n'est pas nécessairement la même chose pour tout le monde. Bien sûr, il y a certaines caractéristiques universelles : elle doit aimer les enfants et être respectueuse, responsable, chaleureuse et ouverte à la communication. Mais en ce qui concerne les traits de caractère et les caractéristiques idéales, chaque famille possède ses exigences propres. Certains enfants ont besoin d'une personne de 17 ans très énergique qui peut tenir le choc dans leur quête insatiable d'aventure. D'autres nécessitent une baby-sitter plus sereine, plus mature. Prenez en compte ce qui pourrait être la meilleure solution pour vos enfants et leurs intérêts.

Pour les plus jeunes, et surtout si l’enfant à garder est un nourrisson, vous pourriez faire preuve de nervosité ou d'anxiété à vouloir bien faire. Il est préférable de prendre conseil auprès de personnes habilitées pour apprendre. Et comme vous le verrez dans les recommandations de l’article Conseils de baby-sitting pour prendre soin d’un bébé, n’hésitez pas à demander de l’aide.

 

La recherche de la baby-sitter

Même si trouver la bonne personne peut être ardu, savoir où chercher peut être encore plus difficile. Le premier réflexe est de demander des conseils à des voisins ou amis. Mais ce n'est pas parce que vos voisins ou vos amis ont trouvé une baby-sitter parfaite qu'ils veulent partager avec vous. Vous devriez toujours avoir le feu vert des autres parents avant de débaucher – ou même d'approcher – la baby-sitter de quelqu'un d'autre, au risque de devenir la paria du quartier.

Une maman a récemment découvert la nature potentiellement impitoyable de la rétention de baby-sitters de la plus dure des façons lorsque la bien-aimée professionnelle à temps partiel de son fils – engagée sur la recommandation d'une collègue – a soudainement quitté cette famille pour un job de nounou à temps plein.
Cette maman s'est rendue compte, plus tard, que la personne l’ayant récupérée était la même femme qui les avaient mises en contact en premier lieu. Il n'y aucune rancune entre les 2 femmes : cette maman savait que sa baby-sitter cherchait un job à temps plein. Mais cette expérience illustre bien l'équilibre délicat de la gestion des services de ce type de garde d'enfants.

 

Je comprends aujourd’hui pourquoi les mamans volent les baby-sitters des autres ! C'est toujours une situation si désespérée. Heureusement, l’application de Happyssitters vous évitera cette situation : il faut l’expérimenter pour comprendre la stabilité qu’elle apporte ! A propos de stabilité, 2 études - l'une de 2016 et l'autre de 2017 - montrent que le baby-sitting réalisé par un humain favorise le développement personnel de l'enfant. Par humain, il y a une comparaison avec les écrans, que ce soit la télévision, la tablette ou le Smartphone. Non seulement il existe un bienfait pour ce jeune dans les années suivantes (même s'il n'est plus gardé en raison de son âge), mais en plus les risques d'adolescence compliquée tendent à disparaître (la crise d'adolescence sera toujours là, bien sûr, mais pas le reste...).

Si vous avez d'autres interrogations, que vous soyez parents ayant besoin de faire garder leur enfant, ou parents dont l'adolescente veut faire du baby-sitting, prenez lecture de la déclaration des droits de la baby-sitter. Bons nombres de sujets sont abordés.